French English Retour Retour

Salomé Zourabichvili (une française à la mairie de Tbilissi)


Florence Lebert

Salomé Zourabichvili, Ambassadeur de France en Géorgie puis ministre des Affaires Etrangères pour le gouvernement du président Mikhaïl Saakachvili vient de fonder son parti politique. Aujourd’hui, elle brigue la mairie de Tbilissi. Un parcours unique pour cette Française devenue Géorgienne. Salomé Zourabichvili est née à Paris d’une famille géorgienne immigrée. Baignée par cette culture, elle porte aussi celle de la France dont elle a défendu les valeurs au cours de sa carrière diplomatique. En novembre 2003, elle obtient le poste d’Ambassadeur en Géorgie. Pour elle, c’est un retour sur la terre que les siens ont fui à l’arrivée de l’armée rouge. C’est aussi un tournant marquant dans l’histoire du pays. Le président Edouard Chevarnadze vient de tomber sous la pression populaire de la Révolution des Roses. En janvier 2004, le président Mikhaïl Saakachvili est élu avec 97% de voix et forme son gouvernement. De passage à Paris, il négocie le « prêt » de Salomé avec le président Jacques Chirac pour le poste de ministre des Affaires Etrangères. Du jamais vu. Mais dix-huit mois plus tard, Salomé est limogée. Elle fonde alors son parti politique, La Voie de la Géorgie, et brigue la mairie de Tbilissi en tant que candidate de l’opposition en vue des prochaines élections prévues en octobre. « J’ai fait ce choix car les autorités sont en train de dévier de la démocratie et l’économie s’enfonce dans la crise. Or la Géorgie ne peut pas se permettre une nouvelle révolution par la rue. Il faut qu’elle vienne par les urnes. Les prochaines élections sont un enjeu crucial. » Le 15 août dernier, elle a rassemblé les 50 000 signatures nécessaires. Mais le pari est loin d’être gagné. La nouvelle démocratie n’est plus que l’ombre d’elle-même. Certains partis de l’opposition boycottent ces élections jugées faussées d’avance. La présidente du parti Social Démocratique de Géorgie, Hatuna Zjordania déplore donc la participation de Salomé: « elle n’a pas vécu ici et ne connaît pas les problèmes que nous avons ». Un refrain tenu par tous ses détracteurs qui la considèrent comme une étrangère. Konstantiné Gamsakhourdia, fils du premier président de Géorgie et rentré de douze années d’exil en Suisse, a pris la tête du parti de droite, La Liberté : « ces élections sont une farce car tout est joué d’avance. Le Mouvement National a largement l’avantage ainsi que le cercle très soudé de Mikhaïl Saakachvili. » Dans la rue, les critiques sont vives. Certes il y a eu des améliorations mais les résultats concrets ne sont pas assez visibles. Le salaire mensuel moyen tourne autour de 60 euros, le taux de chômage reste très élevé, les retraites sont misérables... Salomé incarne l’espoir pour de nombreux Géorgiens, avec notamment l’ouverture sur l’Europe. Mais son combat contre le gouvernement en place ressemble à celui de David et Goliath. Texte : Bérénice Debras : 33 (0) 6 16 47 10 58 / bereniced@wanadoo.fr


 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071772

Salomé Zourabichvili lors d'une rencontre avec la population dans un parc de Tbilissi.

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071737

Manifestation de mécontentement devant le parlement de Tbilissi contre le gouvernement de Saakachvili

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071754

Salomé Zourabichvili et David son secrétaire personnel juste avant une intervention télévisée sur Rustavi TV

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071764

Séance de maquillage au studio de prise de vue pour réaliser le portrait de son affiche de campagne électorale

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071905

Séance de prise de vue pour réaliser l'affiche officielle de la campagne de Salomé

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071762

Salomé Zourabichvili juste avant une intervention télévisée sur le plateau de Rustavi TV

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071904

Salomé Zourabichvili donnant une interview à la sortie d'une intervention télévisée

Tbilissi - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071741

Les bénévoles organisent la campagne au QG du parti de Salomé Zourabichvili

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071776

Des bénévoles recueillent les signatures et présentent le programme de son nouveau parti.

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071802

Séance de travail pour Salomé et ses collaborateurs au siège de son parti

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071692

Salomé en visite dans un immeuble vétuste habité par des réfugiés abkhazes en plein centre de Tbilissi.

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071771

Salomé Zourabichvili en visite chez une famille de réfugiés relogés dans le centre de Tbilissi

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071786

Devant le QG de Salomé, des bénévoles recueillent les signatures et présentent le programme de son nouveau parti.

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071781

Salomé et son équipe

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071778

Salomé et les deux hommes qui veillent sur elle : son garde du corps et son secrétaire personnel

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071784

Vue de Tbilissi aux abords des quartiers anciens

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

 

Florence Lebert / Picturetank LEF0071767

Salomé Zourabichvili pose chez elle assise sur la malle qui a accompagné l'exil de ses parents lors de la révolution.

Tbilissi, Géorgie - 00/08/2006

autorisation orale



top